Alimenter le poulain en croissance

 PoulainBien que le potentiel génétique des chevaux soit décidé à l’avance, la nutrition, la régie et les soins prodigués aux poulains jouent des rôles significatifs dans leur développement et l’expression de leur plein potentiel.

La nutrition du poulain commence dans l’utérus de sa mère et change considérablement tout au long de sa croissance. Pour cette raison, il est essentiel de bien ajuster l’alimentation de la jument poulinière lors de la gestation et d’adapter le programme alimentaire du poulain tout au long de sa croissance.

Le nouveau-né

Le premier lait produit par la jument est appelé colostrum. Ce dernier joue un rôle essentiel puisqu’il contient une quantité importante d’anticorps qui serviront à protéger le poulain des agents pathogènes présents dans son environnement. De plus, le colostrum contient des enzymes, des hormones et des facteurs de croissance responsables du développement du système gastro-intestinal du poulain.

Étant donné que l’absorption du colostrum diminue de façon importante les 12 premières heures suivant le poulinage, il faut s’assurer que le poulain ait rapidement accès au colostrum en quantité suffisante. Pendant ses 24 premières heures de vie, le poulain devrait consommer 15 % de son poids corporel en lait (approximativement 7,5 kg pour un poulain de 50 kg). 

De 2 mois à 2 ans

Dans les 2 premiers mois de sa vie, le poulain passe d’une alimentation composée exclusivement de lait à une alimentation mixte composée de lait et d’aliments solides tels que les concentrés et les fourrages. Après le sevrage, le poulain consomme uniquement des aliments solides.

Un programme alimentaire bien conçu a pour but de préparer le poulain à ces différentes transitions alimentaires et de répondre à ses besoins nutritionnels spécifiques afin de favoriser un développement optimal. Vers l’âge de 2 ans, on peut commencer à considérer les besoins nutritionnels de certaines races équines comme ceux du cheval adulte actif.

Les besoins en énergie

Les besoins en énergie digestible (calories) du poulain en croissance varient en fonction de son âge, de son poids, de sa race et de son environnement. Les besoins caloriques varient également d’un poulain à l’autre dépendamment de leur métabolisme individuel.

Il est crucial de bien doser le nombre de calories servi au poulain afin d’éviter les déficits énergétiques pouvant mener à des retards de croissance, ou encore les excès pouvant mener à des maladies orthopédiques de développement (DOD) tels que l’OCD (ostéochondrite disséquante) et l’épiphysite.

Pour ce faire, il faut évaluer la condition de chair du poulain régulièrement et ajuster la quantité de moulée en conséquence. Il est également important de privilégier les aliments ayant un indice glycémique faible ou modéré puisqu’il a été démontré qu’une alimentation trop riche en sucres peut aussi contribuer développement des DOD.

Les besoins en protéines

La croissance du poulain est directement influencée par son apport calorique, mais également par sa consommation de protéine pour  bâtir sa masse musculaire et synthétiser ses nouveaux tissus, enzymes et hormones nécessaires à son développement.

La qualité de la protéine servie et la présence d’acides aminés essentiels tels que la lysine sont primordiales pour atteindre une croissance optimale. L’utilisation d’un fourrage comprenant des légumineuses (trèfle, luzerne) et d’une moulée pour poulain à pourcentage élevé en protéine peut aider à combler les besoins accrus du poulain.

Les besoins en micronutriments

Combler les besoins en minéraux et vitamines du poulain en croissance est absolument essentiel pour obtenir une croissance saine et éviter les problèmes orthopédiques ou les retards de croissance. Tout d’abord, le calcium (Ca) et le phosphore (P) sont des minéraux majeurs impliqués dans le développement squelettique et physiologique du poulain.

Une carence ou un déséquilibre entre ces deux minéraux peuvent entraîner des déficiences osseuses qui sont lourdes de conséquences. Comme chez l’homme, la vitamine D contribue à l’absorption du calcium et du phosphore. Les quantités et le ratio zinc :cuivre doivent également être pris en considération puisqu’ils ont, eux aussi, une incidence sur la formation des cartilages et le développement osseux. Le ratio Zn :Cu devrait être d’environ 4 pour 1.

Puisque les poulains naissent avec une faible immunité et qu’ils sont exposés à plusieurs sources de stress durant leur jeunesse, leur alimentation devrait contenir suffisamment de sélénium et vitamine E. Ces micronutriments ont un rôle clé pour le bon fonctionnement du système immunitaire, l’intégrité des muscles squelettiques et cardiaques et pour le développement du système locomoteur en entier.

Plusieurs autres minéraux et vitamines contribuent à la santé et au développement du poulain. Intégrer la moulée Célébrité Poulain à la ration du cheval en croissance est un moyen efficace, simple et sécuritaire pour combler ses besoins nutritionnels et assurer une croissance optimale.

Quelques astuces de régie pour alimenter le poulain et le préparer au sevrage

Dès le premier mois, le poulain peut être initié aux aliments solides tels que les fourrages et les concentrés. En imitant sa mère lorsqu’elle s’alimente, le poulain développe son goût et adapte graduellement son système digestif à sa future diète. Cette étape est essentielle pour bien préparer le poulain au sevrage. Le même phénomène doit se produire avec la consommation d’eau.

Comme certaines juments ne laissent pas manger leurs poulains avec elles, il est alors recommandé de construire une mangeoire à la dérobée où seul le poulain pourra y accéder en raison de sa plus petite taille. Cela empêche la jument de manger la ration du poulain et encourage celui-ci à devenir plus indépendant de sa mère en prévision du sevrage.

S’il n’est pas possible de construire une mangeoire à la dérobée, d’autres options existent comme des mangeoires ajustables, ci-contre, ou les musettes.

Il faut toujours se rappeler qu’aucun de ces systèmes n’est parfait et qu’ils requièrent tous une période d’adaptation. Cependant, ils permettent tous un meilleur contrôle des rations et l’optimisation de la croissance du poulain.

La hiérarchie au sein du troupeau et entre les poulains doit également être prise considération afin de s’assurer que chaque poulain reçoive la bonne quantité d’aliments à chaque jour.

Consultez la succursale Unimat la plus près de chez-vous pour en savoir davantage sur ces équipements.