L’ANÉMIE CHEZ LE CHEVAL– UNE CAUSE ALIMENTAIRE?

Lorsqu’un cheval démontre des signes de fatigue, de faiblesse, voire une baisse de performance, il est courant de soupçonner une anémie. On appelle donc le vétérinaire pour qu’il prenne des prises de sang et en cas de résultat «limite» notre premier réflexe est de pointer du doigt le programme alimentaire du cheval et de courir en boutique acheter un supplément de fer promettant d’améliorer le profil sanguin et les performances du cheval. Mais est-ce le bon réflexe à avoir? L’anémie est-elle réellement causée par une déficience nutritionnelle?

Quelques définitions

Tout d’abord, qu’est-ce que l’anémie? En terme simple, il s’agit d’une diminution du nombre de globules rouge sanguin, aussi appelés érythrocytes. À quoi servent les globules rouges ? Au transport de l’oxygène dans le sang. C’est ce rôle qui rend les globules rouges si importants pour les athlètes lors de performances sportives. Note intéressante : les chevaux sont capables d’entreposer une quantité impressionnante de globules rouges dans leur rate. Ils peuvent en faire doubler la concentration sanguine en quelques secondes en cas d’exercice intense ou de stress. À l’origine, cette caractéristique unique leur permettait d’augmenter considérablement leur capacité de fuite en cas d’attaque de prédateur.

Les causes 

Maintenant, quelles sont les causes d’anémie? Il en existe trois : la perte de sang, la destruction des globules rouges ou la diminution de la production des globules rouges.

La perte de sang peut être causée par une hémorragie due à une blessure importante, à un parasitisme sévère ou à des ulcères chroniques au niveau du système digestif.

La destruction des globules rouges est plutôt rare, mais peut être causée par la maladie auto-immune appelée Anémie infectieuse équine. C’est d’ailleurs pour détecter cette maladie virale qu’on exige systématiquement aux chevaux devant être transportés à l’extérieur ou participant à des compétitions de passer un Test Coggins.

Finalement, la diminution de la production de globule rouge est plutôt causée par des maladies chroniques de nature infectieuse, inflammatoire ou tumorale (AVEF, 2010). La plupart du temps, il s’agit d’une «anémie d'inflammation», qui est une réponse normale du corps à une inflammation chronique ou une infection. Le corps séquestre ses réserves de fer à ses propres frais pour aider à combattre l'infection (parce que les bactéries exigent également du fer pour leur métabolisme et la croissance) (Dr. Bryan Waldridge, DMV, 2014).

Et l’alimentation?

Puisque le centre de chaque globule rouge contient une molécule de fer et que chez l’humain, l’anémie est souvent causée à un manque de fer dans l’alimentation, il est de pensée courante qu’une déficience nutritionnelle peut également être la cause d’anémie chez le cheval. Ce n’est pas le cas. Pourquoi? Tout d’abord parce que les carences en fer n’ont pas encore été notées chez le cheval (NRC 2007) et que les foins du Québec en sont très riches. D’ailleurs, leur consommation seule permet normalement de combler en totalité les besoins en fer des chevaux. De plus, un pourcentage de fer est ajouté aux aliments complets et aux suppléments pour chevaux afin de prévenir toutes déficiences qui pourraient théoriquement découler d’une consommation limitée de fourrage ou d’une digestion fragilisée chez certains chevaux.

Les vitamines de complexe B sont également impliquées dans la synthèse des globules rouges. Une fois de plus, une carence en vitamines B est très rare chez le cheval puisque les microorganismes de sa flore intestinale en produisent naturellement. Ces vitamines hydrosolubles sont également ajoutées dans tous les aliments complets et les suppléments Célébrité.

En conclusion

Les carences alimentaires sont très rarement en cause dans les cas d’anémie équine. En cas de soupçon sur l’état de santé de votre cheval, mieux vaut consulter un vétérinaire compétent pour trouver la véritable source du faible taux d’érythrocytes avant d’ajouter un «supplément miracle» quelconque à la ration de votre cheval. Il est également essentiel de bien comprendre le processus et les résultats d’analyse sanguine pour en arriver aux bonnes conclusions. N’hésitez pas à leur demander de l’aide à votre vétérinaire pour vulgariser le tout.