Le foin : Lequel choisir?

Le cheval est un herbivore monogastrique, il est très bien adapté à digérer les fourrages. Il est capable de tirer l’énergie des fibres.

Par contre, tous les foins ne sont pas égaux. Un bon foin pour les  bovins par exemple ne conviendra pas nécessairement aux chevaux. De plus, la qualité du foin varie grandement selon sa composition et sa conservation.

La composition 

Le foin est composé principalement de plantes fourragères de la famille des graminées et des légumineuses. Parmi les graminées, on retrouve la fléole (ou mil), le brome, le dactyle, alors que les principales légumineuses sont la luzerne et le trèfle.

La production de foin sec à haut contenu en légumineuse est complexe au niveau du séchage et de la conservation. Le foin de graminées ou à prédominance de graminées est plus facile à récolter et à sécher et il est bien adapté pour les chevaux.

La maturité 

La qualité du foin varie avec la maturité de la plante. Une plante récoltée jeune a une meilleure valeur nutritive. Un foin de graminées aux tiges rigides et piquantes est plus fibreux, signe de maturité de la plante. Un foin vert et souple a été récolté plus jeune et est plus nutritif.

La conservation 

Les conditions climatiques au temps de la récolte influencent la qualité de conservation. Un foin récolté trop humide chauffera et favorisera le développement des moisissures et des champignons à l’origine des poussières. Ces poussières, en plus de réduire l’appétence du foin, accentuent les problèmes pulmonaires.

Additifs de conservation 

Certains additifs peuvent être appliqués lors de la mise en balle du foin afin de prévenir la formation des moisissures. Ils empêchent le développement des moisissures le temps que le niveau d’humidité à la récolte s’abaisse au niveau désiré. Les agents de conservation reconnus sont sécuritaires pour la santé des chevaux. Ils améliorent la qualité du foin puisque qu’ils réduisent sa détérioration.

Ensilage de foin

Pour réduire le temps de séchage au champ, le fourrage est récolté à un taux d’humidité plus élevé et pressé en balles rondes pour être enrobé de pellicule plastique. La plante vivante fraichement coupée continue sa respiration et utilisant ses sucres en acidifiant le milieu jusqu’à ce que l’air du milieu soit épuisé. Le milieu ainsi acidifié inhibe le développement des moisissures. C’est le même principe que pour cuisiner de la choucroute!

L’ensilage de foin est considéré comme un aliment de bonne qualité nutritionnelle. Par contre, certaines précautions doivent absolument être prises. C’est un mode de conservation des fourrages moins populaire pour les écuries en raison du volume d’ensilage à utiliser en peu de temps et qui nécessite une certaine méthode. Si le nombre de chevaux permet l’utilisation d’ensilage de foin, certaines précautions doivent être prises.

D’une part, on devrait effectuer une vaccination préventive contre le botulisme. En effet, une bactérie présente dans le sol, Clostridium butilinum peut se développer et produire une toxine. Il suffit d’un peu de terre ou de fumier ou d’un petit animal tué lors de la récolte pour produire la toxine. Les chevaux sont assez sensibles et difficilement récupérables lorsque les signes d’intoxication sont visibles.

D’autre part, l’analyse de la qualité nutritionnelle du foin est essentielle. Puisqu’un fourrage en balle ronde humide est souvent servi à volonté pour des chevaux élevés en groupe, un suivi rigoureux de la condition de chair s’impose. Un foin trop mature contient moins de nutriments et il fermente moins vite en raison de la plus faible quantité de sucres disponibles. Au contraire, un foin récolté très jeune est plus nutritif et digestible et peut donc entrainer l’excès de poids lorsque servi à volonté.

Les mauvaises herbes 

Le foin peut contenir des mauvaises herbes. La qualité du sol, l’entretien de la culture et les conditions climatiques influenceront la vitesse de croissance des plantes.

Le foin sans aucunes mauvaises herbes n’existe pas mais il est clair qu’un foin provenant de prairies permanentes peu entretenues contiendront à coup sûr plus de variété de plantes dont des mauvaises herbes.

Certaines mauvaises herbes, comme le chiendent, sont assez bien acceptées par les chevaux et ne causent pas trop d’inconvénients si ce n’est la baisse de la valeur nutritive puisque la plupart des mauvaises herbes mature avant les plantes fourragères. D’autres mauvaises herbes doivent être évitées et certaines sont reconnues comme toxiques.

Alors on recherche quoi?

L’équilibre entre la qualité et une bonne conservation est la meilleure option. On s’assure ainsi d’une bonne consommation.

En ouvrant quelques balles du lot, on pourra confirmer l’absence (ou le faible niveau) de poussières en plus de valider la présence ou non de mauvaises herbes. On recherche un foin vert, souple à odeur fraiche.

Le résultat d’analyse de laboratoire nous renseigne sur la qualité de sa valeur nutritive mais ne doit pas être le seul critère d’achat.

Type de cheval Type de foin
Poulain en croissance Mélange de graminées et légumineuses
Jument poulinière Mélange de graminées et légumineuses
Cheval au repos Foin de graminées
Cheval à l'exercice léger Foin de graminées
Cheval de performance Mélange de graminées et legumineuses
Cheval ayant des problèmes mŽtaboliques ou ayant déjà fait de la fourbure Servir un foin contenant peu de sucres non structuraux (HCNS)
Vieux cheval Jeune foin (2e coupe) facilement digestible