Le sevrage du poulain

  

Le sevrage du poulain est un moment critique dans la vie du cheval. Non seulement la séparation de sa mère entraîne des changements significatifs aux niveaux affectif et cognitif, mais elle entraîne également des changements physiologiques considérables. Bien souvent, le sevrage est non seulement une période de stress importante pour le poulain et la jument, mais il peut l’être également pour les propriétaires des chevaux. Afin de vivre cette expérience de façon positive et sécuritaire, mieux vaut y être bien préparée!

Quel type de sevrage choisir?

Tout d’abord, il faut dire qu’il n’existe pas qu’une seule façon de sevrer un poulain. Cela dépend de plusieurs facteurs qui doivent tous être pris en considération : le nombre de poulains à sevrer, les installations disponibles, le comportement des chevaux à séparer, leur état de santé et leur condition générale, le temps et l’énergie que les propriétaires ont à leur disposition.

Les règles d’or pour un sevrage réussi

Peu importe la méthode choisie, certaines règles d’or doivent être respectées avant d’entreprendre le sevrage complet du poulain :

  1. Le poulain devrait être âgé d’au moins 5 à 6 mois, à moins d’une condition particulière (poulain orphelin, jument ayant perdu rapidement sa condition après le poulinage, etc.)
  2. Le poulain devrait être en bonne santé et la médecine préventive devrait être à jour;
  3. Le poulain devrait déjà boire de l’eau et manger des concentrés et du foin de façon régulière;
  4. Les installations (box, paddock, etc.) qui seront utilisés devraient tous être sécuritaires;
  5. Le poulain devrait être sociabilisé avec les poulains et chevaux qui l’accompagneront;
  6. Le sevrage devrait être bien planifié et ne devrait pas être exécuté seul;
  7. Le poulain devrait être facilement manipulable en laisse;
  8. Les conditions météorologiques devraient être clémentes lors du sevrage.

Il existe deux styles de sevrage : le sevrage drastique et le sevrage graduel. Les facteurs nommés précédemment aideront à déterminer quel type de sevrage devrait être privilégié. De plus, n’hésitez pas à demander l’avis de votre expert-conseil La Coop.