Le sevrage graduel du poulain

  

Contrairement au sevrage drastique, le sevrage graduel a l’avantage de causer peu de stress chez le poulain et la jument. Par contre, il demande beaucoup plus de temps et de manipulations aux propriétaires et cela de façon quotidienne. Ce type de sevrage consiste en une séparation très graduelle qui peut être amorcée dès le deuxième mois de vie du poulain. On sépare la mère du poulain pour de très courtes périodes qu’on allonge graduellement à chaque semaine. Par exemple, si les chevaux restent une partie de la journée ou la nuit à l’écurie, on peut commencer par mettre la jument dans un box adjacent lors des repas de moulée. On laisse alors le poulain dans leur box habituel et on en profite pour l’initier à la consommation de concentrés. Plus les semaines avancent, plus on peut laisser la jument longtemps dans le box adjacent. Au début, cette séparation ne doit pas restreindre la consommation de lait du poulain, mais au fils des semaines, elle permettra de sauter un boire, puis quelques-uns pour permettre le tarissement graduel de la jument. Lorsque le poulain est seul au box, c’est le moment idéal pour permettre aux propriétaires de commencer à créer un lien avec lui, à le manipuler en laisse, à le brosser, à lui curer les pieds et à lui mettre et lui enlever son licou. Lorsque la jument et le poulain sont remis à l’extérieur pour leur sortie quotidienne, il est important de les mettre en contact avec d’autres chevaux calmes et amicaux pour sociabiliser le poulain et faciliter le sevrage lorsque le poulain sera séparé de la jument pour de plus longues périodes. Évidemment, toutes ces manipulations doivent être faites dans le calme, dans un environnement sécuritaire en prenant en compte le comportement individuel de tous les chevaux. Il est recommandé d’être toujours accompagné pour manipuler les chevaux afin de pouvoir réagir promptement et sécuritairement à toutes situations imprévues.

Du point de vue alimentaire, puisque ce type de sevrage se fait de façon graduelle, l’alimentation de la jument et du poulain seront également modifiées graduellement en fonction de leurs besoins nutritionnels, de leur condition de chair et de la production laitière de la jument. En règle général,  la quantité de moulée de la jument est progressivement diminuée contrairement à celle du poulain qui est augmentée. Un apport adéquat en vitamines et minéraux devrait toujours être assuré.

Pour en savoir plus sur le deuxième type de sevrage, consultez l'article Le sevrage drastique. Il y a aussi beaucoup de facteurs à prendre en compte lors du choix du type de sevrage. Pour les découvrir, consultez l'article Le sevrage du poulain.

Les experts-conseils de la Coop se feront un plaisir de répondre à vos questions et de vous accompagner dans cette belle aventure. N’hésitez pas à communiquer avec eux.