Les étiquettes d’aliments pour chevaux

Partie 1 -  La réglementation

De nos jours, les différents types d’aliments pour chevaux ne cessent de se multiplier sur le marché.  Comprendre les étiquettes de ces aliments devient donc plus important que jamais afin de faire des choix éclairés pour répondre aux besoins des chevaux. Mais quelles informations doit-on retrouver sur les étiquettes? Qui a la responsabilité d’en régir le contenu et d’en assurer la validité?

Tout d’abord, c’est l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA) qui réglemente l’étiquetage des aliments pour bétails. C’est elle qui détermine quelles sont les informations qui doivent obligatoirement apparaitre sur les étiquettes et quels sont les ingrédients qui peuvent être utilisés par les fabricants. C’est également elle qui octroi les enregistrements de produits et qui inspecte les usines de fabrication pour assurer la sécurité sanitaire.

Selon l’ACIA, voici la liste des informations que l’on doit obligatoirement retrouver sur l’étiquette des aliments standards pour chevaux :

  • Nom de l'aliment
  • Teneur réel en sélénium (mg/kg)
  • Analyse garantie (% minimum, maximum ou réel de certains nutriments)
  • Liste complète des ingrédients  ou mention :
    « Une liste des ingrédients utilisés dans cet aliment peut être obtenue du fabricant ou du titulaire d'enregistrement »
  • Mode d'emploi
  • Nom et adresse du titulaire d'enregistrement  (si enregistré) ou nom et adresse du fabricant
  • Poids net (kg)

Pour vulgariser ces informations et pour faciliter votre choix d’aliments pour chevaux, la Coop met à votre disposition des outils pratiques tels que le SÉLECTEUR D’ALIMENTS, exclusif à La Coop, ainsi que les FICHES TECHNIQUES COMPLÈTES de chacun des produits Célébrité.

 

Partie 2 – Comment utiliser les informations

Maintenant que nous savons quelles informations doivent obligatoirement se retrouver sur les étiquettes d’aliments pour chevaux, voici quelques points importants à garder en tête lorsque vient le temps d’en faire l’utilisation.

Mode d’emploi

Le mode d’emploi consiste en une suggestion de quantité journalière à servir selon le poids de l’animal, de son stade physiologique et de son niveau d’exercice. La quantité suggérée est basée sur une consommation moyenne d’un fourrage de bonne qualité. Sécuritaire, elle permet de combler les besoins nutritionnels de la plupart des chevaux tout en prévenant les excès pouvant mener à des toxicités. La quantité quotidienne suggérée doit être séparée en plusieurs petits repas par jour n’excédant pas 1.5 kg pour un cheval de 450 kg.

Par contre, il est important de se rappeler que le mode d’emploi ne donne qu’une suggestion de quantité à servir, et non une quantité obligatoire à servir. Effectivement, la quantité de moulée servie doit toujours être ajustée selon la condition de chair du cheval. Par exemple, si  l’étiquette suggère de servir 3 kg/jour d’aliment Lino-Force à un cheval de 500 kg à l’exercice léger, mais que ce cheval a tendance à être gras et qu’il maintient facilement une condition de chair supérieure à 5/9 seulement par sa consommation fourragère, la quantité de Lino-Force suggérée doit alors être ajustée à la baisse pour éviter l’embonpoint. Voilà pourquoi il est si important de savoir comment évaluer l’état de chair de notre cheval.

Lorsque l’on évalue que notre cheval devrait consommer moins de moulée que la suggestion de l’étiquette, il faut alors s’assurer de combler les besoins en vitamines et minéraux en servant un supplément minéral complet tel que le Tonix, le Fort-Eq ou le Pro-Bloc Cheval afin de compenser pour les micronutriments qui se trouvaient dans la moulée et qui ont été retirés de la ration journalière en réduisant la quantité de moulée servie.

Pourcentage vs poids

Finalement, il est important de garder en tête que les pourcentages se retrouvant sur les étiquettes de moulée n’expriment en fait qu’une proportion d’une quantité X d’aliment. Par exemple, si l’étiquette indique 14 % de protéine brute tel que servi, le nombre de grammes de protéine provenant de la moulée dépendra de la quantité de moulée servie quotidiennement.

Par exemple : Si un cheval reçoit 10 tasses (environ 2000 g ou 2 kg) d’une moulée à 14 % de protéine brute/jour, il reçoit en fait 2000 g × 14 % = 280 g de protéine brute/jour via sa moulée.

Si ce même cheval ne reçoit qu’une tasse (environ 200 g) d’une moulée à 14 % de protéine brute/jour, il reçoit en fait 200 g × 14 % = 28 g de protéine brute/jour via sa moulée.

C’est pourquoi  les pourcentages affichés sur l’analyse garantie des étiquettes doivent toujours être remis dans un contexte de quantité journalière servie. Alors, si ce n’est  pas déjà fait, sortez vos balances et commencez à peser les aliments de vos chevaux, foin inclus!