L’importance d’adapter l’alimentation en hiver

L'importance d'adapter l'alimentation en hiver

 

L’hiver approche. Pour le cheval en écurie tempérée, les conditions changent peu. La température à l’extérieur peut tout de même affecter la température dans l’écurie, l’humidité et la ventilation. Ces trois éléments doivent être surveillés. Souvent cependant, les effets ne seront que bénéfiques : en écurie, les chevaux sont habituellement plus confortables à une température plus fraîche sans humidité ni gaz ammoniacaux en forte concentration.

À l’extérieur cependant, les conditions peuvent changer rapidement et plusieurs éléments de base sont à considérer.

Le logement 

Le cheval devra avoir été acclimaté aux changements pendant l’automne le temps de développer son poil d’hiver. Il faut toutefois lui offrir la possibilité de se protéger.

L’enclos devra être assez grand, avoir un sol solide libre d’encombrement et comporter un abri permettant à tous les chevaux d’y avoir accès en même temps. Prévoir suffisamment d’espace pour réduire les risques de bataille et de comportement de dominance. Une bonne litière au sol permettra aussi de garder les chevaux propres et au sec.

L’enclos et l’abri doivent être situés de façon stratégique afin de les protéger des vents dominants, de la pluie et de la neige. L’aménagement de la mangeoire et du point d’eau par rapport à l’abri sont aussi importants. Le plus souvent les trois structures sont disposées en forme de triangle de façon à forcer les chevaux à « entretenir » leurs sentiers et rester actifs.

L’alimentation

Même si aucun changement d’activité ne survient entre l’été et l’hiver, les besoins d’entretien augmentent en raison de la baisse de température. Il faut donc au cheval plus de calories pour maintenir la même condition de chair. Si, en plus, il y a augmentation de l’activité, le cheval aura besoin d’encore plus de calories.

Le cheval a une capacité d’adaptation : il est capable de supporter une certaine baisse de température. Par contre, passé un certain seuil, il aura besoin de plus de calories. Au Canada, on parle pour les chevaux adultes en bonne santé d’un seuil de résistance jusqu’à -15°C.  On utilise le terme de température critique inférieure (TCI). En comparaison, les chevaux en croissance ont un TCI de 0°C.

Estimé de l’augmentation d’énergie digestible selon les écarts avec la TCI

Par exemple, pour un cheval typique avec un TCI de -15°C et un poil abondant dans une température extérieure de -25°C, la différence est d’alors 10°C. On devra donc augmenter la ration quotidienne de 5000 calories (environ 2,5 kg de foin), en plus de la ration normale.

Le gras corporel forme une couche isolante et une réserve d’énergie que le cheval utilisera si sa ration n’est pas en mesure de lui apporter suffisamment de calories. Puisqu’il sert d’isolant, on évitera de puiser dans cette réserve à moins que la condition de chair soit vraiment excessive. Lorsque la condition de chair est optimale, l’augmentation du besoin devrait être compensée par l’apport en nutriments.

Il faut aussi considérer la qualité du pelage qui influence énormément la résistance du cheval au froid.

Estimé de la TCI en fonction du pelage

Quantité et concentration 

En théorie, on peut ajuster le niveau de calories par la quantité servie et la concentration de la ration. Un cheval en alimentation restreinte aura plus de calories si on augmente la quantité d’aliments ou si on y ajoute des aliments plus concentrés.

Par contre, habituellement, pour les chevaux gardés à l’extérieur, le foin est servi à volonté.

Importance du suivi 

Un propriétaire prudent aura pris soin de remettre son cheval en bonne condition pendant l’été de façon à ne pas ajouter un stress supplémentaire pendant l’hiver (condition de chair, suivi vétérinaire, parage, suivi dentaire).

Au cours de l’hiver, un suivi fréquent de la condition de chair et de l’état de santé est essentiel. La facilité de surveillance à distance ne réduit pas le besoin de la fréquence de visites mais réduit le risque de problèmes.

Toutes causes de comportement anormal (perte de poids, changements, symptômes de maladies) doivent être identifiées et rectifiées rapidement.

Sources :
Equine Winter Nutrition : Marcia King, 2005.
Feeding horses when temperature drop : University of Maryland College of Agriculture and Natural Resources, 2008.