Alimentation & santé

Nos experts se sont penchés sur de nombreux sujets en alimentation et santé des chevaux. Consultez nos rubriques ou encore la section Questions & Réponses et n’hésitez pas à faire part de vos questions à nos experts.

Si les chevaux vivant à l’extérieur l’hiver ont besoin de conditions bien particulières, il n’en demeure pas moins que certaines conditions d’ambiance de l’écurie doivent être respectées pour les chevaux qui y passeront la saison froide.
1. Avoir une cote de chair de 5 ou 6 sur 9 | 2. Fournir une ration minimale de 1-2% de son poids | 3. Combler les besoins avec la moulée | La suite...
Pour évaluer la condition de chair de votre cheval de manière objective, évaluez visuellement et au toucher le garrot, l’arrière de l’épaule, le bas du dos, les côtes et l’attache de la queue. Une évaluation visuelle de votre cheval, vu de l’arrière, est également utile. La condition de chair d’un cheval se mesure grâce à une cote, variant de 1 (extrêmement maigre) à 9 (extrêmement gras). La cote idéale se situe typiquement entre 5 et 6, quoique celle-ci puisse varier selon le stade de vie. (Par exemple, une jument poulinière sera idéalement plus grasse et un poulain en croissance plus...
  L’hiver approche. Pour le cheval en écurie tempérée, les conditions changent peu. La température à l’extérieur peut tout de même affecter la température dans l’écurie, l’humidité et la ventilation. Ces trois éléments doivent être surveillés. Souvent cependant, les effets ne seront que bénéfiques : en écurie, les chevaux sont habituellement plus confortables à une température plus fraîche sans humidité ni gaz ammoniacaux en forte concentration.
Les coliques sont une manifestation de déséquilibres digestifs. Ces déséquilibres sont passagers ou permanents et se manifestent par de la douleur au niveau de l’estomac ou de l’intestin.
Plusieurs s’inquiètent des problèmes métaboliques musculaires liés à l’insuline. La rhabdomyolyse et l’hypersensibilité à l’insuline en font partie.
À l’état sauvage, le cheval vit en groupe et compte sur son organisation sociale pour augmenter ses chances de survie.  De par sa nature, c’est un animal alerte et énergique, toujours prêt à fuir pour assurer sa sécurité. Plusieurs facteurs qui peuvent agir sur son comportement.

Pages